Créer un site internet

La psychologie positive

Sourire et s ouvrir psy

 

 

La psychologie tend à s'occuper de comprendre les êtres humains et à leur permettre de mieux vivre.

Les deux approches ainsi semblent se compléter harmonieusement. La première s'occupe de guérir les maladies, la seconde de développer la santé. La santé mentale ne se résume pas à l'absence de maladie et la seconde dans la valorisation des ressources et de la santé. L'une libère de la douleur, l'autre promet de bonheur. Il est important de rappeler que ce qui différencie la psychologie " classique" et la psychologie "positive" c'est que la première s'investit dans la libération des traumas et la résolution des conflits présens dans la psyché.qui est plutôt tournée vers les ressources avec une idée de développement de Soi, pleinement centrée sur l'humain, mais sans évoquer la "notion de bonheur" explicitement psychologie " humaniste, existentiellle " se trouve la psychologie " positive" et la psychologie " classique". Entre la .

Quand nous parlons de psychologie " classique", le terme est à peine approprié, sauf si nous choississons de mettre sous ce vocable celles qui "combattent" la maladie mentale, celles qui libèrent des troubles, celles qui corrigent les dysfonctionnements. Mais comme toute tentative de classement, de telles catégorisations ne sont pas pleinement satisfaisantes et ne représentent qu'une première approche simplificatrice pour aborder ce thème.

 

Psychologie positive

 

La psychologie se doit donc de préserver cet esprit d'ouverture. Après la psychologie classique s'occupant de la maladie mentale, la psychologie humaniste s'occupant du développement de la personne, nous arrivons à la psychologie positive s'occupant de la santé mentale et du bien-être.

Orientation résolument nouvelle, car elle abandonne la chasse aux sorcières de la psyché pour s'intérêsser à ses trésors. A ce sujet, la psychologies humaniste lui fut un heureux précurseur. La psychologie positive s'intéressant au bonheur et au bien-être, pointe deux types de bonheur.

Le bonheur de type hédonique relatif au plaisir engendré par les émotions positives. Ce bonheur résulte du fait de focaliser sur la recherche du plaisir et sur lévitement de la douleur.

Le bonheur de type eudémonique qui , comme le proposait Aristote, est la réalisation de la vraie nature de l'homme. Ce bonheur résulte du fait de focaliser sur le sens de l'autoréalisation.

:" Le sentiment de trouver du sens, d'avoir un objectif et de s'accomplir l'emporte typiquement sur le plaisir comme facteur prédictif du bonheur"

Nous remarquerons que le bonheur eudémonique semble rattaché au niveau ontique (besoins de l'être, beoins du Soi), alors que bonehur hédonique (tel que décrit ici, associé au plaisir) semble rattaché aux niveaux physiologiques et psychosocieaux (satisfactions du corps et du moi) Nous pourrion salors distinguer le bonheur hédonique comme flattant le moi et le bonheur eudémonique comme accomplissant le Soi.

Nous devrions différencier l'art de recevoir le plaisir que nous offre la vie (avec gratitude) au fait de prendre du plaisir dans la vie (avec avidité "prendre comme un voleur")

Dans le Traité de psychologie positive nous trouvons à "Enseigner  les abptitudes à l'art de vivre", "Apprendre à prendre du plaisir". Il est claire que la différence n'est pas faite !

Pourtant, nous devrions clairement différencier " le plaisir qui nous sert de moyen de compensateur pour éviter un mal-être", et " le plaisir résultant d'un art de goûter la vie" (le premier est animé par les stratégies égoïste du moi, tentant d'assurer notre survie, et le second découle naturellement de la généreuse réalisation du Soi en pleine sensation de vie). Un carpe diem de qualité peut ainsi se révéler proche d'un état de "pleine conscience" dans lequel est à rencontrer de la vie et non utilisation de la vie. En tait il ne s'agit pas tant que savoir le "prendre" que de savoir "le recevoir". Ceci est sans doute implicite avec tous les propos concernant la gratitude que développe la psychologie positive, mais le rendre explicite serait une clarification essentielle.

La spychologie positive pose souvent la problématique de ce qu'elle appelle l'adaptation hédonique il s'agit là du fait que tout plaisir génère une adaptation qui le rend rapidement insuffisant. Ceci est considéré comme un obstacle majeur quand à l'efficacité durable du plaisir. Il se trouve que cette adaptation hédonique concerne surtout le plaisir qu'on  prend et non celui qu'on apprend à recevoir. La voracité ne conduit pas à la même satisfaction que l'aptitude à se réjouir de ce qu'on éprouve. Nous devrions nous rappeler à quel point le mot sagesse est relié, par son étymologie, à saveur sapidité sapiens... à l'art de goûter. Les mots bonheur et bien-être sont très souvent utilisés en psychologie positive et notre vigilance ne doit pas laisser leur sens au hasard. Ainsi, nous pourrons différencier le bien-être et la satisfaction de vie.

"le bien-être comprend le plaisir, l'implication, et l'attribution de sens, et le concept de satisfaction de vie pourrait refléter tout autre chose".

Le bien-être, le plaisir, l'implication et l'attribution de sens seront généralement contextualisés et variables alors que la satifaction de vie est quelque chose de globale concernant l'ensemble de l'existence et accompagnant l'individu à chaque instant.

En fait nous devrions considérer que " Se sentir bien" signifie " se sentir convenablement " et que "Bien-être " signifie simplement " vraiement être". Etre qui l'on a à être, de façon sincère et authentique (être l'humain de l'on a à être, comme nous le propose Maslow.

 

extrait de psycologie positive.

Lisez aussi : L'orgueil a-t-il pris le dessus dans votre vie ?

Les activités de l'association sourire et s'ouvrir